Si vous ne recevez pas correctement ces informations veuillez cliquer sur ce lien.
  
  


À l'automne, alors que les températures baissent, chacun cherche un refuge. Pour le papillon resté dans la région et qui entre en diapause, ce sera peut-être le creux d'un vieil arbre. Les chauves-souris, qui s'accouplent avant d'hiberner, chercheront bientôt des cavités comme un blockhaus ou une cave. Les escargots, eux, vont se murer dans leur coquille. Certains oiseaux, que vous verrez peut-être bientôt se ravitailler à la mangeoire, retourneront à l'occasion dans les nichoirs vides lors des nuits froides.

Nathalie Devezeaux
Conservatoire d'espaces naturels Nord - Pas-de-Calais

Impact de la pollution lumineuse sur la reproduction des plantes à fleurs !

Le Spipoll (Suivi Photographique des Insectes POLLinisateurs) s'intéresse aux interactions entre les plantes à fleurs et les insectes de jour. Mais qu'en est-il des interactions entre ces mêmes plantes et les insectes nocturnes ?

Des chercheurs français, dont Colin Fontaine de l'équipe de Vigie-Nature, ont montré que lorsque l'on éclaire une prairie la nuit, plus de la moitié des pollinisateurs nocturnes l'évitent, comparé aux prairies baignées dans le noir... Consulter l'article scientifique ici.

Des chercheurs suisses ont également étudié l'impact de la pollution lumineuse sur les plantes à fleurs. Ils ont étudié plusieurs plantes à fleurs visitées par les insectes de nuit et de jour. Ils ont remarqué que lorsque la prairie était éclairée la nuit, la baisse de fréquentation des insectes nocturnes entraînait avec elle une perte de la production de graines (13% pour le Circe maraîcher
par exemple).

Insectes et ciel étoilé
La France vue du ciel © Nasa


«Cela veut dire que les pollinisateurs nocturnes et diurnes sont complémentaires, les visites des uns ne pouvant être remplacées par celles des autres » explique Colin Fontaine « et que l'éclairage artificiel a un effet négatif sur la reproduction des plantes par l'intermédiaire des insectes pollinisateurs nocturnes ».

Ce phénomène va certainement s'accentuer compte tenu de l'augmentation de la pollution lumineuse de 6% par an.

Consultez le blog de Vigie-Nature pour en savoir plus !

Depuis le 1er septembre, l'équipe du Conservatoire a emménagé dans ses nouveaux locaux écoresponsables, à quelques rues des anciens, à Lillers. Le nouveau siège du Conservatoire est conçu essentiellement en bois (chêne, hêtre, frêne) fournis par des acteurs économiques locaux. Le bâtiment est estampillé basse consommation grâce à l'emploi d'écomatériaux novateurs (isolant en liège et laine de bois, plafond en bois brut compressé, éclairage LED, revêtement de sol en linoleum naturel, etc).
 
Insectes et ciel étoilé
L'équipe du Conservatoire devant les nouveaux locaux © L.Caron


Nous pouvons noter deux événements importants du mois dernier :
- la venue de notre président de région, Xavier Bertrand, lors de l'inauguration de notre nouvel espace de travail, le mardi 19 septembre, accompagné des élus, de nos partenaires et de nos adhérents.
- les portes ouvertes à destination de nos adhérents, de nos bénévoles et des habitants,
le samedi 30 septembre, afin de leur faire découvrir les lieux et d'en savoir plus sur nos corps de métiers, grâce à plusieurs ateliers ludiques.

Si vous n'avez pas eu l'occasion de participer aux portes ouvertes de cette année, nous vous donnons rendez-vous l'année prochaine, pour découvrir notre association au service de la préservation du patrimoine naturel régional !



Samedi 14 octobre,
Tigny-Noyelle (
Montreuillois, 62)
Le Conservatoire vous invite à découvrir les oiseaux de la commune de Tigny-Noyelle.
Au programme : identification des oiseaux, conseils pour les accueillir dans son jardin et initiation au recensement des oiseaux via l'observatoire "Oiseaux des jardins".

L'animation
finira avec un atelier de construction de mangeoires en plastique.



Samedi 14 octobre,
Foncquevillers (Arrageois, 62)
Observez les insectes nocturnes puis levez les yeux vers les étoiles et contribuez à "Insectes et ciel étoilé" pour évaluer l’impact de la pollution lumineuse sur la biodiversité.

Organisé par l'Office de tourisme du Sud Artois, l’association Sud Artois astronomie
et le CPIE d’Artois.

Inscription au
03.21.59.89.84

Insectes et ciel étoilé
Insectes et ciel étoilé © N.Devezeaux


Samedi 21 octobre, Sorrus (Montreuillois, 62)
Le Conservatoire vous invite à découvrir les oiseaux de la commune de Sorrus.
Au programme : identification des oiseaux, conseils pour les accueillir dans son jardin et initiation au recensement des oiseaux via l'observatoire "Oiseaux des jardins".

L'animation
finira avec un atelier de construction de mangeoires en plastique.

Insectes et ciel étoilé
 Troglodyte mignon © Vigie-Nature

Sur inscription !


  Samedi 4 octobre,
 Mont-Bernanchon
(Béthunois, 62)

Géotopia - La Maison de la Nature vous ouvre ses portes pour des ateliers autour des oiseaux des jardins.
Vous apprendrez comment nourrir les oiseaux pendant l'hiver et repartirez avec un "casse-croûte de graines" pour
les oiseaux de chez vous.

Gratuit - Sans inscription.

Cliquez ici pour en savoir plus !



Intégrer un groupe de travail
sur les insectes pollinisateurs - SAPOLL

Vous participez au Spipoll et souhaitez en savoir plus sur les insectes pollinisateurs pour aider les scientifiques et faire avancer la science ? Vous pouvez intégrer les réseaux d'observateurs du plan d'action transfrontalier "SAPOLL - Sauvons nos pollinisateurs" ! C'est tout simple, par exemple, pour participer au groupe Syrphes, complétez ce formulaire !

_______


 + d'infos sur Vigie-Nature dans la région :








Le Tarin des aulnes (Carduelis spinus)

Présentation : Le Tarin des aulnes est un petit passereau au plumage vert, noir et jaune vif. Le mâle présente une bavette et une calotte noires. La femelle est plus terne que le mâle. Sa calotte n’est pas noire mais gris-verdâtre. Le Tarin des aulnes peut être confondu avec d'autres passereaux présentant la même gamme de couleur, comme le Verdier d’Europe ou le Serin cini. Il est cependant reconnaissable à sa large bande jaune sur le devant de l'aile, sa calotte et sa bavette noires (pour le mâle).
Cette espèce a un bec fin et pointu, de couleur claire, qui lui permet d’extraire les graines de leur coquille.
Migrateur partiel, le Tarin des aulnes est un hivernant commun passant la mauvaise saison sur l’ensemble du territoire national. Il se fait beaucoup plus rare en période de nidification dans notre région car il recherche principalement les forêts montagnardes de résineux pour nicher, avec une forte préférence pour les épicéas.

Observation :
En hiver, le Tarin des aulnes fréquente les bords de cours d ‘eau et les friches agricoles, à la recherche principalement des graines d'aulne et de bouleau. C’est un visiteur fréquent des mangeoires.

Participation :
Vous pourrez observer cette espèce dans votre jardin cet hiver. N'hésitez plus à participer à l'observatoire "Oiseaux des jardins" du programme national de sciences participatives Vigie-Nature. Aidez-vous de la fiche de comptage et des fiches espèces pour vos identifications. A vous de jouer !


     Insectes et ciel étoilé  Insectes et ciel étoilé
Le Tarin des aulnes mâle et femelle © Wiki-commons (CC BY-SA-3.0)






Pour être sûr(e) de recevoir nos emails, ajoutez accueil@cen-npdc.org dans vos contacts.
En vertu de la loi du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d'un droit d'accès, de rectification et d'opposition aux informations qui vous concernent. Si vous souhaitez exercer ce droit ou vous désinscrire de cette newsletter, veuillez  nous écrire à vigie-nature@cen-npdc.org