Marais pourri



Un refuge idéal pour de nombreux oiseaux d'eau

Marais pourri

Marais pourri


le marais à Norrent-fontes

le marais à Norrent-fontes

zone humide alluviale

zone humide alluviale

5,70 ha de zones humides

5,70 ha de zones humides

Situé sur la rive droite de la Guarbecque (bassin versant de la Lys), le marais pourri est une zone humide alluviale. Alimenté par les précipitations, les débordements de la Guarbecque et par les nombreuses zones de sources qui ponctuent le site, le sol est constamment gorgé d'eau et cela même en période estivale. Ces caractéristiques permettent au site d'abriter, sur cinq hectares et demi, des habitats humides remarquables pour le secteur du lillerois.
Historiquement, le site ne semble pas avoir été soumis à de nombreuses activités humaines en raison du risque important d'envasement dans certains secteurs peu portants. Les abords du site ont été soumis à une activité plus importante comme les tentatives d'assèchement de la rive gauche de la Guarbecque par les moines de l'abbaye d'Ham en Artois ou encore la cressiculture qui bénéficiait des puits artésiens (activité se poursuivant au nord du site). Les puits artésiens constituent une curiosité locale : le phénomène d'artésianisme consiste en un jaillissement naturel de l'eau qui se produit lors d'une configuration particulière de la géologie et de la topographie. Ce phénomène a été mis en évidence pour la première fois par les moines de l'abbaye d'Ham en Artois, au XIIe siècle, d'où leur nom.

La faible pression humaine sur le site a permis de conserver des habitats alluviaux remarquables, on y rencontre ainsi :
- des roselières ;
- des bosquets de saules et une petite aulnaie ;
- des zones de sources ;
- une friche sèche au sud-ouest du site.



Identité


Type de milieu : zone humide alluviale Superficie : 5,70 ha Commune : Norrent-Fontes Département : - Accès : fermé au public mais visible à partir d'un point de vue aménagé le long du sentier

Nos actions



Depuis 2009, le Conservatoire d'espaces naturels du Nord et du Pas-de-Calais gère le site en partenariat avec la commune de Norrent-Fontes.
Mises à part des opérations de suivis faune-flore, le site n'a pas encore fait l'objet d'opérations de gestion.

Originalités



- Les vues depuis le poste d'observation sur la roselière et le boisement humide. Dans le contexte d’un secteur particulièrement anthropisé, cette mosaïque de milieux humides constitue le refuge d’une flore et d’une faune devenues rares dans ce secteur ;
- l'avifaune typique des roselières ;
- un des derniers marais encore fonctionnel de la vallée de la Guarbecque. Ce marais est soumis à des inondations saisonnières qui ont conditionné le maintien d'un paysage typique des plaines alluviales ;
- les zones de sources.

Patrimoine naturel


Faune Flore
56 espèces animales (11 d'intérêt patrimonial) dont :
- Martin pêcheur (Alcedo athis)

Cette espèce rare en France est facilement identifiable par sa couleur. Le Martin pêcheur affectionne les petits et moyens cours d'eau bordés d'arbres et à berges meubles dans lesquelles il peut creuser une galerie pour la nidification. Cet oiseau emblématique des zones humides et des rivières est protégé au niveau européen.

Martin pêcheur <i> (Alcedo athis)</i>
- Phragmite des joncs (Acrocephalus schoenobaenus)

C'est un oiseau considéré comme vulnérable dans le Nord – Pas-de-Calais qui se reproduit dans les roselières âgées partiellement boisées. Il est extrêmement sensible à la dégradation des milieux qu'il affectionne. On le reconnaît à sa gorge claire et ses joues sombres. Il chante bruyamment dès son arrivée (fin mars) et effectue des vols nuptiaux très démonstratifs au dessus de son territoire.

Phragmite des joncs <i>(Acrocephalus schoenobaenus)</i>

- Gorgebleue à miroir (Luscinia svecica)

On la retrouve dès la première quinzaine de mars dans les zones humides. Dès leur arrivée, les mâles se cantonnent et chantent bien en évidence à partir de postes fixes ou en exécutant leur vol nuptial et déploient leur queue en éventail pour mettre en valeur leurs plumes rousses. Principalement insectivore, elle ne dit pas non à quelques baies.

Gorgebleue à miroir (<i>Luscinia svecica</i>)
- Vertigo moulinsiana

Ce petit escargot, d'à peine 3 mm est caractéristique des milieux humides. Protégé au niveau européen, on le retrouve sur les tiges des plantes des marais. C'est une espèce qui privilégie les forts taux d'humidité.

<i>Vertigo moulinsiana</i>

- Râle d'eau (Rallus aquaticus)

On le reconnaît à son bec rougeâtre mince et long et à ses pattes rosées. Il a l'habitude de se cacher dans les roseaux touffus des étangs, des marais et des rivières peu profondes. On assimile son chant à celui d'un cochon qu'on égorge. Cette espèce est vulnérable à l'échelle de la région. La principale cause de la régression de cette espèce est la disparition de son habitat.

Râle d'eau (<i>Rallus aquaticus</i>)
- Busard des roseaux (Circus aeruginosus)

Il est reconnaissable par sa fine silhouette et ses longues ailes coudées. La nidification du Busard des roseaux, rapace menacé en Europe, est indicatrice de la qualité écologique des milieux.

Busard des roseaux <i>(Circus aeruginosus)</i>

Agenda

intitule

Salon 'Nature et terroir'
17-18/11/2018
Saint-Martin-lez-Tatinghem (62)
En savoir plus

intitule

Festival de l'Arbre
24/11/2018
Beaumerie-Saint-Martin (62)
En savoir plus

A savoir

SAPOLL | Sauvons nos pollinisateurs !

SAPOLL | Sauvons nos pollinisateurs ! --
En savoir plus