RNR des Annelles, Lains et Pont Pinnet



Une mosaïque d'habitats au cœur du bassin minier du Nord - Pas-de-Calais

RNR des Annelles, Lains et Pont Pinnet
RNR des Annelles, Lains et Pont Pinnet

RNR des Annelles, Lains et Pont Pinnet


Zone humide au coeur du terril

Zone humide au coeur du terril

Un site naturel protégé

Un site naturel protégé

Dépression humide sur schiste

Dépression humide sur schiste

Autrefois occupée par un marécage, la Réserve naturelle régionale des Annelles, Lains et Pont Pinnet comprend, sur plus de 14 hectares, une importante mosaïque d'habitats dont l'origine est liée aux activités humaines qui se sont succédées. En effet, depuis le 12e siècle, le site a connu d'importantes transformations. D'abord drainée pour permettre l'exploitation agricole, cette zone humide a ensuite servi de terrain de dépôt des schistes et grès houillers entre 1923 et 1972, avant d'être réexploitée au XXe siècle. Il ne reste aujourd'hui que des fragments de la zone humide initialement présente à cet endroit.
En 2000, ces terrils ont été requalifiés. Un sentier, traversant le site empruntant l'ancien cavalier (chemin conçu pendant l'exploitation des mines pour relier les puits entre eux) a également été aménagé pour permettre aux piétons et aux cyclistes de se promener. La diversité des milieux (zones humides, pelouses sèches, zones boisées,friches sèches) et les espèces qui y vivent donnent au site un intérêt écologique remarquable. L'association Roost-Warendin nature a impulsé le classement du site en RNR en 2007.



Identité


Type de milieu : Terril Superficie : 14,59 ha Commune : Roost-Warendin Département : Nord Accès : ouvert au public
Règlementation du site :
Camping Interdit Chiens en laisse Cueillette interdite Déchets interdits Feu interdit Moto interdite

Nos actions



Depuis 2009, le site est géré par le Conservatoire d'espaces naturels du Nord et du Pas-de-Calais. Plusieurs travaux de gestion sont menés sur le site permettant le maintien d'une biodiversité optimale :
- restauration de mares (débroussaillages des mares, coupe des rejets de saules) ;
- restauration de milieux ouverts et des pelouses métallicoles (élimination d'espèces ornementales plantées, coupe de ligneux, fauche de la Renouée du Japon) ;
- fauche des abords du sentier. Des animations sont également proposées sur le site par le CEN et l'association locale Roost-Warendin nature.

Originalités



- Sur le site, coexistent de nombreux milieux humides (mares, fossés, boisements humides) et secs (friche, pelouse, boisements).
- On retrouve également sur le site des végétations liées à la présence de métaux lourds. Ces végétations sont adaptées aux sols contenant d'importantes teneurs en métaux lourds, tels que le zinc ou le plomb. La toxicité qui en résulte a entrainé l'installation d'une flore très spécialisée dite « métallicole ». Au niveau des Annelles, on retrouve cette formation dominée par les hampes florales roses de l'Armérie de Haller.
- Le site présente également un intérêt historique. C'est un lieu de mémoire des activités humaines : fossés creusés au Moyen-âge par les Chartreux afin de drainer les sols, dépôts de schistes issus de l'exploitation minière puis reconquis par la nature.
- Le site constitue un espace de promenade et de détente pour les habitants de la commune et s'intègre dans un ensemble de sentiers parcourant les terrils de la commune de Roost-Warendin.
- Enfin, la réserve est un support de sensibilisation et d'éducation à l'environnement et de découverte du patrimoine historique et écologique local avec de nombreuses visites guidées.

Patrimoine naturel


Faune Flore
121 espèces animales (12 d'intérêt patrimonial). Parmi celles-ci :
- Triton crêté (Triturus cristatus)

Ce triton s'accommode à différents types de milieux tels que les mares forestières ou encore les mares prairiales. En période de reproduction, il arbore des couleurs intenses. Sa présence est caractéristique d'une bonne qualité de l'eau.

Triton crêté <i>(Triturus cristatus)</i>
- Gorgebleue à miroir (Luscinia svecica)

On la retrouve dès la première quinzaine de mars dans les zones humides. Dès leur arrivée, les mâles se cantonnent et chantent bien en évidence à partir de postes fixes ou en exécutant leur vol nuptial et déploient leur queue en éventail pour mettre en valeur leurs plumes rousses. Principalement insectivore, elle ne dit pas non à quelques baies.

Gorgebleue à miroir (<i>Luscinia svecica</i>)

- Râle d'eau (Rallus aquaticus)

On le reconnaît à son bec rougeâtre mince et long et à ses pattes rosées. Il a l'habitude de se cacher dans les roseaux touffus des étangs, des marais et des rivières peu profondes. On assimile son chant à celui d'un cochon qu'on égorge. Cette espèce est vulnérable à l'échelle de la région. La principale cause de la régression de cette espèce est la disparition de son habitat.

Râle d'eau (<i>Rallus aquaticus</i>)

Agenda

A savoir

SAPOLL | Sauvons nos pollinisateurs !

SAPOLL | Sauvons nos pollinisateurs ! --
En savoir plus